stop_ignorance
l'école produit des générations d’étudiants bien gentils et très ignorants
(Laurent Lafforgue)





Vraie affaire d'État :

l’acceptation de la régression de l’École

Ivan RIOUFOL


L’affaire d’État, elle est à rechercher dans l’acceptation de la régression de l’Ecole. Mais les «investigateurs» 2350130509.08.lzzzzzzz2ne s’intéressent pas à ce désastre, que dénonce Jean-Paul Brighelli, professeur de lettres (À bonne école, éditions Jean-Claude Gawsewitch). Pour avoir décrit la vérité, il a été évincé, un temps la semaine dernière, du jury du Capes de lettres modernes. Une décision sur laquelle les autorités sont vite revenues, face à la montée des protestations.


Cette victoire contre un délit d’opinion corrige l’injustice que fut la démission, du Haut Conseil de l’Education, du mathématicien Laurent Lafforgue. Il s’était opposé à lalaurent_lafforgue consultation d’experts de l’Education : «Pour moi, c’est exactement comme si nous étions un "Haut Conseil des droits de l’homme" et que nous envisagions de faire appel aux Khmers rouges pour constituer un groupe d’experts pour la promotion des droits humains.» Propos fatal.

Or ce sont ces témoins indignés, qui ne se revendiquent d’aucun parti, qu’il faut écouter. Lafforgue, encore : «Je crains que l’école que nous avons aujourd’hui, après tant de politiques prétendument émancipatrices, ne soit presque plus une école de la liberté. Elle produit des générations d’étudiants bien gentils et très ignorants, aussi incapables d’écrire un livre que de fonder une entreprise ou de faire une révolution.»

Ce constat d’un «constant vide prétentieux des programmes et leur déstructuration systématique», Brighelli le dresse donc, après d’autres, en appelant «de toute urgence à en finir avec l’instinct de survie sectaire des pédagogues». Ceux-là méprisent l’orthographe, la culture classique, les tables de multiplications, au profit de l’éducation citoyenne, la tyrannie du ludique, les lycées «lieux de vie». Le naufrage démocratique, observable dans l’affaire Clearstream, commence par cette indifférence devant la perte du savoir. N’est-il pas là, le scandale ?


«Da Vinci Code»
Le totalitarisme est proche quand le discours unique remplace le raisonnement. Umberto Eco (Cinq2253943312.08.lzzzzzzz questions de morale, Grasset, 1997) : «Tous les textes scolaires nazis ou fascistes se fondaient sur un lexique pauvre et une syntaxe élémentaire, afin de limiter les instruments de raisonnement complexe et critique.» L’Education nationale en est là, avec ses dictées de cinq lignes au brevet, sa grammaire rudimentaire, ses cours de morale altermondialiste.

C’est parce que les ignorances sont manipulables que les extravagances du Da Vinci Code, ce livre à succès qui remet en cause les fondements de la religion chrétienne, peuvent être dangereuses. Nombreux sont ceux qui sont prêts à gober que Jésus s’est marié avec Marie-Madeleine, que leur descendance s’est établie en France et que l’Opus Dei est une secte protégeant ces secrets !

Ivan Rioufol
Le Figaro, 19 mai 2006

- source de cet article : Le Figarobody1258jyqsjnpgwswbrtt